Départ en 2000 pour un tour du monde

Récit de voyage n° 26 : Les îles Tuamotu

La Gazette des Biquets N° 26
L’archipel des TUAMOTU


100 ATOLL DES TUAMOTU

Nous reprenons la mer après avoir crapahuté sur tous les monts, découvert la beauté des tikis, des Pai Pai et autres sculptures magnifiques, rencontrés tous les guerriers du coin, mangés des tonnes de cochons grillés, des coqs sauvages, des biquettes, des chevrettes et touti cointi. Nous avons adorés la vie aux Marquises, avec la gentillesse et l’hospitalité des habitants. Avons découverts avec Voyage, sans houle a déplorer, de nombreux mouillages calmes comme un lac, sans moustiques, sans nonos même en pleine brousse sur Nuku Hiva (peu de pluie cette année) et l’on peu en parler, pour les ballades en forêt, nous avons fait tout de même, le tour de l’île à pieds ! (voir notre récit gazette 25)

101 EN ROUTE POUR LES TUAMOTU

Les hautes et impressionnantes montagnes des Marquises et l’île de Nuku Hiva s’éloignent dans notre sillage. Cap aux 220, avec 530 miles a parcourir soit 4 jours de mer pour notre prochaine escale. Cette navigation s’effectue travers au vent, agrémentée parfois d’une belle daurade coryphène est fort agréable.

  
102 ROUTE DES MARQUISES AUX TUAMOTU                                            103 NAVIGATION DE 4 JOURS
  
104 ACTIVITE PECHE AU GROS                                                                      105 BELLE DAURADE CORYPHENE

Les atolls des TUAMOTU

Avec les atolls de Toau, Fakarava, Tahanea, Makemo, Rangiroa, Tikehau, Apataki et son chantier de carénage, cinquantième anniversaire sur Apataki.
   
106 ATOLL DES TUAMOTU                                                                                    107 LES ATOLLS

Situé à 1200 kilomètres au Sud-Ouest des Marquises, l’archipel des Tuamotu, constitué de 76 atolls au total, sera dans sa partie Ouest, notre prochaine escale.

  
108 LE RECIF CORALIEN                                                                                                           109 LA VEGETATION

Il y a 50 millions d’années, les Tuamotu étaient comme les Marquises : de hautes montagnes volcaniques. Au fil des millénaires, le corail a colonisé le pourtour de ces îles qui se sont affaissées par l’érosion et enfoncées sous leurs poids jusqu’à disparaître, ne laissant, à fleur d’eau, qu’une barrière de corail.

Aujourd’hui ces atolls sont une poignée d’anneaux coralliens qui affleurent entre l’immensité du ciel et de l’océan. Pas de relief, une platitude totale, juste quelques îlots appelés motu (2 ou 3 mètres au-dessus du niveau de la mer en moyenne) et des cocotiers qui frémissent sous l’alizé, penchés doucement vers le sable et l’eau turquoise du lagon. Ils déroulent leur long ruban vert avec un fin liseré blanc en guise de plage. Une ou plusieurs passes sont des échancrures dans la couronne, profondes, permettant aux bateaux de pénétrer dans le lagon. Quelques villages, peu d’habitants, et la sensation très présente d’être au bout du monde. Juste le passage des cargos de ravitaillement pour créer un peu d’agitation, le reste du temps la tranquillité est totale. Les Paumotus, habitants de ces joyaux oubliés du monde, occupent leur journée entre les travaux dans les fermes perlières, l’exploitation du coprah, et la pêche.

110 BOUEE FERME PERLIERE

Nous avions, après lectures alarmistes de nombreux récits, une certaine appréhension concernant la navigation dans les Tuamotu. Bougainville lors de son passage en 1769 avait nommé cet immense archipel « les îles dangereuses». Mais l’arrivée du GPS et des logiciels de navigation nous facilitent à ce jour grandement la tache. La navigation entre les îles ne présente pas de difficulté particulière.

Les conditions de franchissement des passes, ainsi que les mouillages dans les atolls, dépendent en fait des conditions météo. Par conditions normales, la plupart des entrées et sorties des passes sont aisées et souvent balisées. Nous utilisons la bonne méthode ancienne : la haute mer à lieu lorsque la lune est au méridien du lieu ou à l’antiméridien ; en haut du mât ou sous la quille. Nous faisons en sorte de nous présenter devant les passes à l’étal de marée soit donc 5 à 6 heures après le lever ou le coucher de lune. Le courant y est alors le plus faible. Il sera rentrant ou quelquefois encore un peu faiblement sortant.

La navigation à l’intérieur du lagon implique, comme partout ailleurs, un bon éclairage, c’est-à-dire le soleil au-dessus ou dans le dos afin d’éviter les patates de corail.

Par mauvais temps, vent fort ou grosse houle contraire, l’entrée dans les atolls est a déconseiller. La houle passe alors par-dessus la barrière de corail et fait monter le niveau des eaux dans les lagons provoquant de forts courants dans les passes.

Ces jours-là, il n’y a pas de basse mer, et le courant est toujours « sortant » ! Ce fort courant sortant lève un raz (appelé ici « mascaret ») qui peut être impressionnant, voire dangereux quand il est contre le vent mais distinctement repérable du large.

L’ATOLL DE TOAU avec :

– L’anse AMYOT
– La passe Sud

111 ARRIVEE A TOAU MOUILLAGE ANSE AMYOT

Nous choisissons comme première escale sur les Tuamotu, l’atoll de Toau et le mouillage de l’anse Amyot situé par 15.48.11 S et 146.09.00 W. En effet, l’accès par cette fausse passe ouverte à l’Ouest, protégée par une avancée de corail est praticable à toute heure. Le magnifique bassin intérieur ou nos amis Gaston et Valentine ont disposé une douzaine de corps morts, pour les bateaux de passage, constitue un excellent mouillage abrité et un véritable havre de paix après cette traversée.

  
112 LE MOTU DE GASTON ET VALENTINE                                                                      113 GASTON ET VALENTINE
  
113A LEUR EMBARCATION                                                                                                           113B
  
113C COMMUNICATION SUR L ATOLL                                                                                        114
  
115                                                                                                                                            116 DIMANCHE A LA MESSE

117 ON EST COMME CHEZ NOUS

Nous savourons ainsi durant plus de 3 semaines, le quotidien de ces êtres formidables et participons sans relâche aux taches quotidiennes. Entres la perliculture, la pêche, la préparation de repas pantagruéliques que Valentine propose le soir, et les longues soirées aux sons des ukulélés, croyez-nous les journées ne sont pas assez longues, extenués qu’ils sont les Biquets !
Gaston manoeuvrant sa vedette et ses 150cv a vive allure au milieu des patates, nous conduit à l’autre bout du lagon, pour la récupération de casiers de nacres.

  
118 RECUPERATION DES CASIERS                                                                      119 OUVERTURE DES CASIERS

  
120 LES NACRES AU SORTIE DE L’EAU                                                                      121 OUVERTURE DE LA NACRE
  
122 DECOUVRIR LA PERLE                                                                                                         123 LA PERLE

Au passage, brève halte dans le parc à poissons afin d’harponner quelques prises pour le repas du soir. Attention tout de même, il y a des zones dans les lagons de Polynésie ou certains poissons sont porteurs de la Ciguatéra (toxine due à une algue microscopique qu’ingère le poisson qui les rend inaptes à la consommation). Dans un même lagon, ils peuvent être bons ici et toxiques plus loin. Il faut demander aux locaux…qui parfois ne sont pas unanimes…
La pêche au large n’est pas concernée par ce problème.

  
124 LA PECHE DANS LE LAGON                                                                      125 NETTOYAGE DU POISSON

L’eau calme du lagon, turquoise et transparente nous invite à de nombreuses plongées avec masques, palmes et tuba Les coraux sont beaux, les poissons et bénitiers avec leurs lèvres de toutes les couleurs nous offrent une magnifique palette multicolore.

   126 PAPILLONS A 2 SELLES                                                                             127 PERCHES A RAIES BLEUES
  
128 LE BENITIER                                                                                                         128A DIFFERENTE COULEUR

Une grande fête se prépare sur le motu de l’anse Amyot, l’anniversaire de mariage de Gaston et Valentine.

  
129 PREPARATION DES COURONNES DE FLEURS                                   130 MAIS AUSSI DU REPAS
  
131 COCHON AU REPAS                                                                      132 JOIE DANS LA CUISINE

132A LA JOIE DE LA VAISSELLE

Tout est prêt, la super soirée peut à présent commencer !

  
133 VALENTINE ET GASTON                                                                      134 PHILIPPE A LA GUITARE

De nombreux équipages de bateaux sont conviés à la fête.

  
135 STEPHANE DE LAZARINA                                                                      136 BEA
  
137 NOS AMIS DU BATEAU HEAVENLY                                                                      138 LA NUIT FUT LONGUE

La nuit fut longue et l’ambiance se prêtait bien à la danse.

  
139 PLACE A LA DANSE                                                                                    140 HOMMAGE A MICKAEL JACKSON
  
141 MASSAGE ANTI COURBATURE                                                                      142 CALME DU MOUILLAGE

A l’aube, le mouillage a retrouvé son calme, et une plongée dans la limpidité de l’eau nous remet vite sur pieds.
Tiens, nous ne sommes pas seuls, ce matin, les requins de lagon sont là eux aussi. Curieux, les petits requins pointes noires viennent nous rendre visite. N’ayez pas peur, on s’habitue très bien à ce voisinage car ils ont plus peur que vous.

  
143 REQUIN POINTE NOIRE                                                                      144 CORAIL
  
145 ANGE ROYAL                                                                                                145A MURENE

Sous l’œil attentif de notre amie la mouette, Stéphane brave la douleur et la peur en se faisant tatouer par le professionnel Tava présent sur site.
Tava tel (00689) 28.86.21

  
146 LA MOUETTE                                                                                                         147 STEPHANE EN PLEIN TATOUAGE
  
148 LE MOTU                                                                                                         149

La sérénité et la quiétude de l’anse Amyot au coucher de soleil se passent de commentaire, non ?
Allez à très bientôt les amis

  
150 CALME DU MOUILLAGE                                                                                                         151
  
152 A BIENTÔT PHILIPPE                                                                                                         153 ET AUX AMIS DE L’ANSE AMYOT

-La Passe Sud de Toau

Nous poursuivons la découverte de l’atoll de Toau par la passe Otugi Elle est située par 15.55 S et 145.53.20 W, est facile a franchir par conditions normales, mais génère des courants assez forts lorsque le vent souffle grand frais du secteur est. On limitera ce phénomène en franchissant la passe par courant rentrant. Nous poursuivons à l’intérieur du lagon jusqu’au mouillage du motu Otohorau et rencontrons le maître des lieux, Kent avec qui nous passons une semaine extraordinaire.

  
154 LE MOUILLAGE OTOHORAU                                                                      155 KENT HABITANT DU MOTU

Il nous réserve un accueil formidable. Accompagnés de nos amis des bateaux Enide et Zangra, une extraordinaire chasse aux Kaveu s’organise.

  
156 LA NUIT TOMBEE                                                                                                         157 DANSE AU KAVEU

Ce crabe de cocotier, ressemblant à un énorme bernard-l’hermite sans coquille vit dans les fourrés, souvent dans un trou. La nuit tombée, des pièges à base de noix de coco ouvertes, sont disposés ça et là dans la brousse.
  
158 CHASSE AUX KAVEU                                                                                 159 BELLE PRISE

Lorsque le faisceau de nos lampes frontales découvre le monstre dévorant le savoureux mets, gare aux doigts, sa pince énorme est capable de broyer la coco entière !
Les amateurs de sensations fortes seront ravis, la couleur et l’aspect des Kaveu sont vraiment digne d’un film d’extra terrestre.

  
160 ATTENTION AUX DOIGTS                                                                      161 LE MONSTRE

162 CUISSON DE LA PECHE DU JOUR

Le repas et la soirée fut mémorable sur le motu de Kent.
La chair du Kaveu, bouillie quelques minutes est délicieuse et la saveur de la poche située près de l’abdomen servie gelée, est très proche de celle du foie gras !

  
163 LES 3 COMPERES                                                                                                         164 KENT AVEC LES FILLES
  
165 KAVEU AU REPAS                                                                      166 UN PEU DE DANSE

167 KENT ET SON COUSIN

Le platier, proche du mouillage, nous offre de belles cueillettes de Maoa, (bulots) et d’oursins crayons.

  
168 PECHE AUX COQUILLAGES                                                                      169 MAOA
  
169A DETAIL MAOA                                                                                                         170 OURSIN CRAYON
  
171 DETAIL OURSIN                                                                                                         172 BENITIER

Encore une superbe rencontre, que nous ne manquons pas de citer et de retrouver très bientôt.

  
173 LA PLAGE DE OTOHORAU                                                                      174 LES AMIS DE TOAU SUD
  
175 KINT ET MARCO                                                                                                         176 REPAS A TERRE
     
177 BENOIT                                                                      178 A BIENTÔT KENT

178A LE RECIF DE KENT

L’ATOLL DE FAKARAVA

Nous poursuivons notre route en descendant un peu dans le Sud Est, et trouvons à quelques encablures l’atoll de Fakarava.
De forme rectangulaire, de 30 milles de longueur par 10 milles de large, il est le deuxième atoll des Tuamotu par sa taille. Le lagon est protégé des vents de secteurs Est, mais par contre, très exposé aux vents de Sud. Ses passes d’accès faciles à chaque extrémités et renommées pour la plongée, en font une des escales les plus recherchées des navigateurs.

  
179 LA PASSE SUD DE FAKARAVA                                                                      179A L ANCIEN VILLAGE TETAMANU

La passe Sud nommée Tumakohua, donne accès au village de Tetamanu (ancienne capitale de l’île et des Tuamotu) à ce jour presque abandonné. Seule la fameuse pension de famille et centre de plongée Tetamanu Village, avec leurs dynamiques propriétaires Anabelle et Sané, leur sympathique équipe, ainsi que deux adorables familles de pêcheurs résident sur le motu.
Pour une inoubliable plongée en bouteille dans cette passe mondialement connue, un séjour et de superbes repas servis dans ce cadre magnifique et cette ambiance conviviale, contacter :
Anabelle( 00689)713834
Sané (00689)771006
Site web : www.tetamanuvillage.pf

  
179B LA PENSION TETAMANU                                                                           179C ANABELLE TOUT SOURIRE

179D LE RECIF DE LA PASSE

De tous temps, les Paumotu, (habitants des Tuamotu) ont vécu grâce aux ressources du lagon et de l’océan. On peut voir, aux abords de la passe, comme dans presque tous les atolls, les pièges et parcs à poissons qui servent a conserver vivantes les captures, jusqu’au passage des goélettes, qui les vendront ensuite sur Papeete (Tahiti) .

Le restaurant de la pension est construit sur pilotis aux abords de la passe. La cuisine donne sur l’arrière et l’eau très peu profonde y est transparente. Nous admirons les coraux et les poissons multicolores qui y nagent quand un violent bruit de remous nous fait lever la tête. Le cuisinier vient de jeter des déchets de poissons à l’eau et les requins pointes noires se battent pour récupérer les morceaux. Leur rapidité est impressionnante. En moins de temps qu’il ne le faille pour le dire, tout est avalé et ils recommencent à tourner de leur nage ondulante devant nos yeux. Il y a si peu d’eau que leur ventre frôle le fond alors que leur aileron est hors de l’eau.

  
179E NETTOYAGE DU POISSON                                                                      179F REQUIN A POINTE NOIRE

La plongée est réputée ici, pour offrir des spectacles aquatiques à grands frissons !
L’heure de l’étal de marée approche. Le courant est en train de s’inverser dans la passe et l’océan va commencer à remplir le lagon. C’est le meilleur moment pour faire une dérivante dans la passe. Nous chaussons masques, palmes et tuba et nous laissons dériver aux abords de l’annexe.

  
180 SERGENTS MAJOR                                                                                                          181 LE RECIF

Des dizaines de requins nous suivent, nous croisent. Pas fiers les Biquets ! Pourtant les monstres semblent vaquer à leurs occupations. En fait curieux, ils s’approchent de nous, mais font demi-tour rapidement. La force du courant augmente. Nous sommes comme en apesanteur, nous dérivons entraînés vers l’intérieur du lagon sans palmer, au fil du courant, avec la folle l’impression de voler.

  
182 PLONGEE DANS LA PASSE                                                                      183 SENSATIONS FORTES                                   
  
184                                                                                                                                            185 IDOLES MAURE

Voyage tranquille, au mouillage dans ce décor de rêve, attend notre retour.

  
186 VOYAGE AU MOUILLAGE                                                                                                         187 DECOR DE REVE

Une petite chasse de mérous marbrés par le capitaine, agrémente notre repas du jour mais attention tout de même : la chasse est la seule source d’accidents car les vibrations du poisson harponné, et l’odeur du sang rendent les requins complètement fous.

  
188 PETITE CHASSE DU JOUR                                                                           189 EUX AUSSI ONT FAIM
189A FILM PASSE SUD FAKA

Nous déplaçons juste un peu la flottille toujours composée de la folle équipe avec Bernadette et Armel, d’Enide et de Leilia et Dom de Zangra et trouvons refuge à 1 mille de là, par 16.31.34 S et 145.28.38 W.

  
190 LES COMPERES                                                                                                         191 NOTRE ILOT

Soirée barbecue de bénitiers sur la plage, accompagnée d’une savoureuse salade de cœur de palmier fraîchement coupée. Toute l’équipe s’affaire aux préparatifs dans une ambiance de joie et de bonne humeur.

  
192                                                                                                         193 LA CUISSON SE PREPARE
  
194 NETTOYAGE DES BENITIERS                                                                      195 LA CUISSON AU GRILL
  
196 AVEC DU BEURRE A L’AIL                                                                      197                                                                                                         
  
198 CŒUR DE PALMIER                                                                                                         199 COUCHER DE SOLEIL

Un chenal balisé a été mis en place et relie à présent le Sud au Nord du lagon. Il longe pour la plus grande partie de son parcours, la cote Est et se trouve donc à l’abris du vent dominant. Il permet de naviguer en sécurité dans le lagon, et éviter les hauts-fonds et les nombreuses patates de corail. Mais il est cependant très prudent d’ouvrir l’œil car de nombreuses bouées de fermes perlières y sont également mouillées !

Par vent d’Est de nombreux mouillages sauvages tout le long du récif sont possibles. Sur notre route par 16.07.14 S et 145.36.34 W, nous ne manquons pas de rendre visite à la sympathique famille Tauraa. Une superbe visite de leur ferme perlière commentée par Wilson, nous en dévoile les secrets.

  
200 LA FERME PERLIERE                                                                                                          201 COLLECTE DE NACRES

202 STOCKAGE AVANT MANIPULATION

Avant de pouvoir être greffées, les nacres sont élevées durant trois ans, Tous les trois mois elles sont sorties de l’eau, nettoyées à la brosse puis après élimination des sujets malades, remises à l’eau à 20 ou 30 mètres de profondeur. Après trois ans, c’est la sortie de l’eau, le nettoyage, et l’ouverture de la nacre sans la blesser.

  
203 NETTOYAGE DES NASSES                                                                      204 NETTOYAGE DE LA NACRE
  
205 PRES OUVERTURE                                                                                                         206 PASSAGE EN SALLE DE GREFFE

Puis c’est entre les mains expertes des greffeurs, (quelquefois encore bien heureusement Paumotu, mais aujourd’hui très souvent Chinois ou Japonais), que la précieuse coquille est confiée. Suivant leurs habiletés, ils greffent de 400 à 600 nacres par jour, ce qui demande une dextérité et une concentration digne des meilleurs chirurgiens. Par une fine ouverture de 2 cm environ, et une incision d’un lieu précis dans les organes, ils déposent délicatement une petite bille de coquillage nommée nucléus ( produite aux USA ) ainsi qu’un morceau de manteau de nacre de 3 m/m de côté qui donnera la couleur à la perle.

  
207 OUVERTURE                                                                                                         208 MISE EN PLACE DU GREFFON

Après fermeture, la nacre liée dans la nasse, est remise à l’eau pour un an et demi, toujours avec le régime des nettoyages périodiques dans l’attente de sa réouverture et du prélèvement de la perle qui sera ou non belle et bien formée.

  
209 REMISE A L EAU DE LA NACRE GREFFEE                                                                      210 LA PERLE AU CALIBRAGE

Une perle noire trouve sa valeur dans sa forme (baroque, cerclée, en poire, ronde ) sa taille qui peut aller jusqu’à 12m/m de diamètre, et son orient va du gris au noir en passant par le bronze, et le vert.
Il faut reconnaître qu’il s’agit d’un métier de longue haleine, qui réclame investissement, connaissances, risques, et surtout de nombreuses années de patience.

  211 WILSON TAURAA EXPLOITANT

Nous voici à présent au Nord de Fakarava, mouillés devant le village principal de l’atoll, nommé Rotoava. Quelques atolls sont à présent équipés d’accès Internet en wifi par des réseaux tels que Hot Spot, Ioraspot ou Mana Spot facilitant grandement nos communications, et c’est le cas de Fakarava.

  
212 VOYAGE DEVANT LE VILLAGE DE ROTOAVA                                  213 OFFRANDE DE TIARE A L EGLISE
 
214 L EGLISE DE FAKARAVA                                                                         215 VISAGES

216 LIVRAISON DU CABOTEUR

Le ravitaillement des atolls se fait par caboteur une fois par semaine depuis Tahiti. Aujourd’hui c’est la fête, il y aura des fruits, des légumes et des produits frais dans les petites épiceries et la boulangerie charmante du village.

 
217 FAKARAVA ATOLL PLONGEE                                                                    218 BEAU MEROU

Pour le repas du jour sur Voyage, un magnifique mérou marbré, et une casquette rouge pour Roberto.

  
219 AMIS DE TOUJOURS                                                                                       220 HINANO FOR EVER

Nous aurons la chance de voir sur Fakarava, l’arrivée historique des 7 pirogues à voile venues avec leurs 120 membres d’équipage, des îles de la Nouvelle Zélande, des Fidji, des Tonga, des Samoa, de Walllis et Futuna et de Tahiti.

  
221 ARRIVEE DES PIROGUES                                                                                                 222 LES 7 PIROGUES
  
223 IORANA AUX PIROGUES                                                                                                224 ORCHESTRE LOCAL

Les magnifiques embarcations, font leurs entrées dans l’atoll, nous assistons à une fête riche en couleurs, un spectacle hors du commun, un message de joie et de partage avec la population et ces différentes ethnies.

  
225 PIROGUES                                                                                                      226 DETAIL GOUVERNAIL
  
227 L INSTIGATEUR DE L EVENEMENT              228 EQUIPAGE TONGA
  
229 ALORS ELLES ARRIVENT                                                                         230 DETAILS
  
231 COSTUMES                                                                232 CAPITAINE

De nombreuses danses, offrandes et festivités sont présentées durant 3 jours par la municipalité de Fakarava avant de les voir poursuivre leur longue route, hisser les voiles et mettre le cap pour leur prochaine escale, les îles Marquises.

  
233 OFFRANDES DES SAMOA                                                                          234 DANSES DU AKA NELLE ZELANDE
  
235 DESCENTE DES EQUIPAGES                                                                   236 DEPART VERS LES MARQUISES

Et sur Voyage, comme offrande, c’est de la fondue Suisse au menu du soir, incroyable non !

  
237 FONDUE SUR FAKARAVA                                                                       237A VOYAGE REPREND LA MER

C’est en empruntant la passe Garue de la cote Nord que nous poursuivons comme eux notre route et que Voyage reprend la mer.

L’ATOLL DE TAHANEA

Nous pénétrons dans l’atoll par la Passe Teavatapu et jetons l’ancre à l’abri du motu Teuakiri par 16.51.01 S et 144.41.53 W. Nous découvrons une terre inhabitée, seulement fréquentée durant la période de collecte du coprah, alors pour les amateurs de Robinson en herbe, ici le décor est planté, c’est de l’immersion totale, seuls au monde nous allons devoir nous organiser pour survivre !

  
238 TAHANEA SEUL AU MONDE                                                                    239 TAHANEA LE RECIF

240 TAHANEA POINTES NOIRES

Le vent s’oriente au SE nous trouvons un excellent abri et un bon mouillage par 16.53.22 S et 144.34.87 W. Nos pas foulent cette terre vierge et une chose est sure, nous pourrons y trouver de l’eau, en effet en creusant le corail nous atteindrons sûrement une lentille d’eau douce. Elle est crée par la pluie qui s’emprisonne dans les couches coralliennes.
Ici, nous ne pourrons pas souffrir de la faim, comme sur tous les atolls des Tuamotu, l’arbre de vie se nomme Cocotier.

  
241 TAHANEA COCO                                                                                          242 PALMES TRESSAGE

243 NOTRE FARE

De sa coco verte, l’on extrait l’eau et la chair. Une fois mure nous râpons sa pulpe, qui, pressée donnera le lait de coco. Nous pouvons également la faire sécher au soleil pour en extraire l’huile de coprah. Avec le bois des coques de noix nous aurons des bols ou des hauts de maillots rigolos !
La bourre de coco servira de cordes et nous en lieront les troncs soutenant notre faré. Les palmes tressées serviront de nattes pour le sol et de toiture pour nous protéger.
Au menu du jour, nous dégusterons, une belle salade de cœurs de palmier … puis quelques Kaveu a faire griller ou un petit mérou marbré !

  
244 TAILLE CŒUR PALMIER                                                                             245 CŒUR PALMIER
  
246 KAVEU NOIX COCO                                                                                   247 MEROU AU PLAT DU JOUR

Alors laissez vous tenter, venez !
Seule la bringue du samedi soir nous semble difficile a organiser, car pour l’électricité nous allons devoir pédaler …. alors nous irons aussi avec joie ensuite nous re-civiliser !


248 TOUJOURS SEUL AU MONDE

L’ATOLL DE MAKEMO

Pour un départ vers les îles Marquises la passe Arikitamiro et son mouillage juste en arrière du grand quai par 16.37.62 S et 143.34.23 W lorsque le vent souffle du NE à E est acceptable, par contre ce mouillage devient vite inconfortable par vent de SE.
Dans le village de Pouheva, la population est adorable, ici les salutations sont de rigueur, le sourire éclaire tous les visages. Une livraison par avion de frais, de fruits et de légumes est assurée tous les jeudis. Nous trouvons donc toutes les facilités pour nous réapprovisionner dans la belle superette du coin. Les ravitaillements à l’aide de bidons en gasoil et en eau peuvent y être aussi réalisés. Pour la bonne table du village, dans une ambiance conviviale, et une savoureuse cuisine locale, une seule adresse a retenir : le snack MARORO ou nous sommes accueillis chaleureusement par les sympathiques Moea et Pascal qui se mettent en quatre pour faciliter la vie des gens de bateaux et nous régalent de leurs succulents repas.
SNACK maroro Tel (00689) 98.02.80 pasmoea@mail.pf

Le vent d ‘Est à Sud Est se lève doucettement et nous trouvons un mouillage magnifique et plus confortable devant l’ancien village de Punakuru, aujourd’hui désaffecté par 16.30.39 S et 143.49.36 W. L’eau y est couleur émeraude, et les nombreuses patates de corail abrite une faune et flore aquatique impressionnante. A notre approche, les splendides et énormes bénitiers aux lèvres pulpeuses multicolores, ferment leurs coquilles.

  
249 MAKEMO MOUILLAGE PUNAKURU                                                                250 MAKEMO BARBECUE PARTIE
  
251 EAU EMERAUDE                                                                                             252 BENITIER ENORME

L’ATOLL DE RANGIROA

Situé à l ‘Ouest de l’archipel cet atoll est le plus connu, le plus grand et le plus peuplé des Tuamotu.
L’entrée par la passe Tiputa est a éviter par mauvaises conditions de mer et au plus fort du courant car elle peut être le siége de courants violents.
Long de 45 milles nautiques d’Est en Ouest, large de 18 du Nord au sud, le lagon de Rangiroa pourrait enfermer l’île de Tahiti toute entière. C’est une véritable mer intérieure, et, quand le vent souffle fort, du Sud-Est en particulier (mois de juillet, août, septembre), et prend le lagon en enfilade, l’état de la mer avec des vagues de 1.50m à 2m n’est qu’un lointain souvenir du lagon bleu et calme auquel on s ‘attend.

Nous n’avons malheureusement (pour cause de météo non favorable), jamais pu découvrir l’intérieur de son lagon et ses curiosités avec la lagune de Tae ‘o et sa réserve d’oiseaux de mer ainsi que le lagon bleu. Une halte au mouillage principal situé par 14.58.06 S et 147.38.20 W devant la belle plage de l’hôtel Kia Ora Village, nous offre une possibilité d’escale de repos après des nuits en mer et une possibilité de ravitaillement avec les superettes bien approvisionnées du village d’Avatoru .
Nous retenons également la bonne table conviviale a ne pas manquer sur Rangiroa. Dans une ambiance fort sympathique, nous nous régalons de monstrueuses côtes de bœuf dans le Snack OBELIX tel (00689) 756832 ou 707139 qui prend la peine de venir nous chercher au pied du bateau et nous ramener avec son véhicule.

  
253 RANGIROA PASSE TIPUTA                                                                254 RANGIROA PASSE AVATORU


255 RANGIROA TRICYCLE

L’ATOLL DE TIKEHAU

Séparé seulement par un chenal de 7 miles du grand atoll de Rangiroa, sa passe unique nommée Tuheiava, située sur la côte Ouest, reste presque toujours praticable sauf par vent de Nord Ouest. Par contre un haut fond de 3,10 mètres situé à la sortie de la passe coté lagon limite le tirant d’eau à trois mètres. Immédiatement à gauche de la passe en entrant, le motu Teonai peut offrir un premier mouillage. Le chenal balisé jusqu’au village de Tuherahera facilite grandement la navigation dans le lagon. Nous préférons rendre visite à la communauté religieuse d’ Eden située sur le motu Motuahina par 15.00.19 S et 148.03.34 W. Nous sommes chaleureusement accueillis par la famille Lyou et découvrons l’extraordinaire jardin de fruits et de légumes que la communauté cultive avec ardeur. Incroyable tout pousse à Tikehau !

  
256 TIKEHAU SEUL AU MONDE                                                                    257 TIKEHAU MOUILLAGE

L’ATOLL D’APATAKI

Le peintre Matisse écrivait en 1930 après son séjour sur l’atoll d’Apataki :
« Lumière pure, air pur, couleur pure : diamant saphir, émeraude turquoise, éclat d’une pureté et d’une préciosité sans pareille » citation qui se passe de commentaire tellement cet atoll recèle de magnifiques facettes.
C’est ici que furent, au début du siècle, les premiers essais de perliculture. Apataki vit a présent du coprah, de la pêche et bien sur de la perle, bien que cette activité est perdue de son ampleur avec plus de 63 fermes perlières sur l’atoll recensées en 2003.
L’atoll est doté de deux passes. A la pointe Nord Est la passe Tehere, large et profonde d’un franchissement aisé avec un excellent mouillage sous la pointe Teonemahina protégé des vents de NE à SE par 15.20.63 S et 146.11.81 W.
Dans la partie Sud-Ouest de l’atoll, la passe principale Pakaka donnant accès au village de Niutahi.
Cette dernière, entièrement balisée, est saine et facile a franchir. Par mauvaises conditions de mer, le courant sortant peut y être fort mais le phénomène de mascaret n’y est pas très accentué. A la sortie de la passe coté lagon, celle-ci s’infléchit vers le sud, et un seuil de 6 à 7 mètres provoque une accélération du courant sortant. Dans le cas de fort courant sortant, une halte d’attente est possible contre le quai du village situé sur tribord en rentrant. Juste le temps de refaire quelques courses de frais dans la superette du village bien approvisionnée par les caboteurs qui desservent l’atoll deux fois par semaine.
L’aérodrome d’Apataki situé à coté du village assure 3 vols par semaine sur Papeete.

  
258 DANS LA PASSE PAKAKA                                                                        259 SUR LE QUAI DU VILLAGE

Nous poursuivons notre route à l’intérieur du lagon vers le chantier d’Apataki Carénage Services situé par 15.33.50 S et 146.14.50 W. Ce chantier offre la possibilité de caréner nos bateaux, de les hiverner ou d’y faire des travaux dans un cadre magnifique à des prix forts compétitifs. Doté d’un chariot hydraulique d’une capacité de 20 tonnes à doubles essieux idéal pour la plupart des monocoques ou multicoques nous décidons d’y faire lever Voyage (Belize 43) pour son carénage de printemps.
Sur zone, devant le chantier, des bouées de mouillages sont gracieusement mises à disposition pour les bateaux de passage ou en attente de levage.

  
260 LES BOUEES DE MOUILLAGE                                                                261 DECOR DE REVE

La famille au complet nous accueille chaleureusement et tous sont fin prêt dés le lendemain pour sortir de l’eau notre compagnon de Voyage.
La mise en place du chariot de levage est assurée avec énormément de sérieux et de compétences par Alfred et son fils Tony.

  
262 ARRIVEE DEVANT LA RAMPE                                                                263 APPROCHE DU CHARIOT
  
264 MISE EN PLACE DU CHARIOT                                                                265 MISE EN PLACE DES PATINS

Dernières vérifications sous l’œil qualifié de Tony, avant de tirer le monstre hors de l’eau.

  
266 ŒIL QUALIFIE DE TONY                                                                             267 SORTIE DE L EAU

Mamy et Papy Assam font aussi partie de l’équipe de maintenance, sans oublier Pauline, Caroline et Nini qui secondent eux aussi la sortie à terre.
Sur l’aire de carénage, de nombreux voiliers stationnent à terre pour de longues durées, attendant patiemment, bien au sec, dans ce décor de rêve, le retour des équipages en escapades pour la Métropole.

  
268 TIREE SUR LE CHANTIER                                                                        269 TOUTE LA FAMILLE PARTICIPE


270 AIRE DE CARENAGE

Nous avons la désagréable surprise de découvrir que notre ancre SPADE de 25 kilos (pourtant citée comme l’une des meilleures sur le marché !) ne tient plus que par un fil, au niveau de la jonction de pivot du jas. Le gros poste a souder et les compétences d’Alfred dans le domaine en viendront rapidement à bout, nous repartirons avec une ancre fort bien consolidée et renforcée.

  
270A ANCRE SPADE EN DECOMPOSITION                                                                271 REPARATION DE L ANCRE


272 ALFRED SOUDEUR

Ici, tout est mise en place pour nous être agréable. Nous vivons enfin un carénage qui s’effectue dans une ambiance conviviale et un paradis de chantier que nous pouvons vraiment conseiller, en voici les coordonnées :

APATAKI CARENAGE SERVICES
TEL : (00689) 727 813 ou 714529
FAX : (00689) 829 183 Veille VHF 72 et 16
E mail : apatakicarenageservices@gmail.com
Site Web : www.apatakicarenage.com

 
273 L EQUIPE AU COMPLET                                                                            274 UN PARADIS DE CHANTIER

CINQUANTIEME ANNIVERSAIRE SUR APATAKI

En ce 8 novembre, une énorme fête se prépare sur le motu, avec le grand événement de l’année en Polynésie, les Anniversaires de Pauline, propriétaire du chantier, Leilia du bateau Zangra et de Philippe.


275 LES 3 STARS D APATAKI

Tout le chantier est en effervescence pour organiser la fête car de nombreuses personnalités sont conviées pour l’événement.

  
276 PLACE A LA FETE                                                                                         277 A APATAKI LES GRANDS MOYENS

Toujours en symbiose, la grande famille se met à pied d’œuvre pour planter le décor et tous s’affairent en cuisine.

  
278 TOUT LE MONDE S AFFAIRE                                                                279 ARRIVEE DE GASTON ET VALENTINE DE TOAU

  
280 NOUVEAUX PENSIONNAIRES                                                                281 VIANDE A GOGO

De nombreux amis sont présents pour partager la fête, et durant 3 jours, l’ambiance bat son plein aux sons des ukulélés, des guitares, des tambours et des magnifiques chants Paumotu.

  
282 PAULINE ET ALFRED                                                                                 283 TONY ET CAROLINE

  
284 LES SUPERBES AINES                                                                                285 QUE LA FETE COMMENCE

Tard la nuit, les braises fument encore pour reprendre la fête, tous en cœur avec le même entrain, dés le petit matin.

  
286 MUSIQUE A GOGO                                                                                           287 AMBIANCE

  
288 JOUR APRES JOUR..                                                                                      289 NOTRE BELLE MAMIE

Heureusement, le motu retrouve peu a peu son calme et sa quiétude. Les habitudes reprennent place avec le magnifique requin nourrice qui vient depuis de nombreuses années se faire nourrir et se faire caresser par Mamie.

  
290 LE REQUIN NOURRICE                                                                                 291 OUF LE CALME EST REVENU

Quelques tours de vélo sur le motu ou une nage olympique dans le lagon couleur émeraude pour une remise en forme cela vous tente ?

  
292 DU VELO POUR LA FORME                                                                     293 LAGON EMERAUDE

Un grand merci à toute l’équipe d’Apataki Carénage pour la magnifique fête qu’ils nous ont permis de vivre en leur compagnie et encore un
« BON ANNIVERSAIRE A NOS TROIS CHERIS »

Le MOT DE LA FIN
Nous tenons a remercier :
– Nos familles et amis de bateaux, qui nous encouragent depuis de nombreuses années et nous aide a préparer la suite de notre voyage
– Les amis qui viennent nous retrouver à bord, afin de nous aider, participer et partager un épisode de notre tour du monde.
– Nos lecteurs qui sont de plus en plus nombreux a nous encourager par e mails, les revues Voiles Magazine, Voiles et Voiliers et Multicoques qui publient les extraits de nos récits de voyage,
Sans oublier, Yves et Jean Pierre qui mettent à jour notre site et Maman Biquette qui contribue á la réussite de notre grand Voyage.
Un grand merci à vous tous, et Merci la Vie !

  
294 BONS ANNIVERSAIRES                                                                                   295 NANA

Retrouvez-nous pour la suite de nos aventures dans la gazette numéro 27 « TAHITI ET LES ILES SOUS LE VENT »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *